Catherine Egloffe

La pièce blanche

installation vidéo 12', 2009

2009 : Lors d’un court séjour dans une maison de retraite, (Gorze) réalisation et exposition in situ d’une installation vidéo dans le cadre d’une exposition collective.

2010 : création d’une mono bande

Comment habite-on les lieux ? Les lieux se donnent d’abord dans leur fonction, mais lorsque celle-ci n’est plus, ils sont comme en suspens et s'ouvrent alors d'autres aspects, à la mémoire, à l’imaginaire, à la pensée.

Les lieux portent les traces de leur passé, mais la chambre blanche filmée aurait pu être aussi bien un hôtel, une cité universitaire, un hôpital, ou un foyer, la chambre d‘un appartement … Après avoir filmé, enfermée, seule, pendant 5 heures, les lieux désaffectés, Catherine Egloffe écrit ensuite ; elle décrit la chambre blanche, l’inventaire est vite fait, et elle y mêle les souvenirs d’autres chambres, si semblables, mais avec d’autres fonctions, ailleurs et on ne les verra pas. Elle dira son texte.

Elle interroge la nature de ce qui se recompose dans les écarts. La représentation oscille entre ce qui est dit, vu, imaginé et remémoré.

présentée à :

Gorze au Jardin d'Images en installation vidéo Septembre 2009

Projection sur rideau et 2 moniteurs. 3 bandes vidéo 12 mn. Bande un, le lieu. Bande deux, le texte s'inscrivant à l'écran. Bande 3 l'artiste lisant le texte.

Ici, un montage mono bande de 8mn la voix de l'artiste et le lieu :

lire la vidéo en moyenne-définition: 480p

lire la vidéo en bas-définition: 360p